De l’acrobatie à la voltige aérienne

De l’acrobatie à la voltige

Les avions de voltige d’hier à aujourd’hui

par François Besse

De l'acrobatie à la voltige

Les ouvrages sur la voltige aérienne – autres que les manuels de pilotage- ne sont pas si nombreux et l’initiative de nos confrères éditeurs Cépaduès est à saluer. Avec « De l’acrobatie à la voltige », François Besse, l’auteur, instructeur et lui-même voltigeur sur avion et planeur, nous retrace l’histoire de la voltige aérienne, discipline magnifique de l’aviation légère, à travers les avions qui lui ont été dédiés au fil du temps.

Car le propos de François Besse n’est pas de traiter l’histoire de la discipline. Juste les quelques pages d’entrée en matière sont-elles explicatives et pédagogiques. Les bases et rappels indispensables à la compréhension du livre pour les lecteurs qui ne seraient pas familiarisés avec la voltige. D’ailleurs l’esprit de la voltige et l’introduction de l’ouvrage trouvent une superbe expression dans la préface de Catherine Manoury, double championne du monde et directrice du Musée de l’Air et de l’Espace.

Non, il s’agit ici d’apprécier l’évolution des matériels, cellules et moteurs, de l’avion de voltige au fur et à mesure du développement et du murissement de la discipline. Spectacle aérien, « l’acrobatie » fait irrémédiablement penser aux fous volants et à leurs biplans, aux téméraires démonstrations d’audace destinées à faire frémir les foules.

Les premières montures « sérieuses » sont associées souvent au nom de leur pilote. Udet et son Flamingo, Doret et ses Dewoitine D-27 et D-530, Détroyat et ses Morane-Saulnier. Ces héros pourtant étaient les premiers à envisager, non plus une discipline d’acrobate, mais une voltige codifiée où les qualités de pilotage prendraient le pas sur la témérité.

L’après-guerre pose les codes de la voltige moderne et les avions évoluent de manière spectaculaire. L’époque glorieuse débute dans les années 1970 avec l’arrivée des Pitts, Cap et autres Zlin, qui rompent définitivement avec la génération précédente. Aujourd’hui la voltige compétition de niveau national et international est plus proche de la Formule 1 automobile que du loisir du dimanche. Pourtant ce dernier en est encore le vivier grâce à des avions d’aéro-clubs bien adaptés à leur rôle.

François Besse réussit à brosser un tableau exhaustif de ces machines étonnantes, sans oublier les avions qui ne seront jamais de grands voltigeurs mais des supports à l’initiation des jeunes pilotes, comme les Rallye 100 S ou Cessna 152 Aerobat. D’autres surprises attendent le lecteur comme ces Fournier ou Colomban Cri-Cri qui, sans être des voltigeurs de compétition, sont souvent présentés dans de belles évolutions douces et gracieuses lors de meetings aériens…

La présentation du livre est claire et aérée, suivant la maquette commune aux éditions de la collection Aérofocus, avec une page de texte présentant l’avion et ses caractéristiques, face à une page de photos bien légendées, vivantes et dynamiques.

S’il y avait un seul (petit) reproche à formuler, ce serait de regretter l’absence de dates dans la mise en page, qui permettrait de mieux se repérer dans le temps…

Collection Aérofocus, Cépaduès, format 24 x 27 cm, broché.             ISBN : 978 2 36493 167 1

Une réflexion au sujet de « De l’acrobatie à la voltige aérienne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *